En Français

Les 10 principaux KPIs SEO

#1 : La visibilité organique

La visibilité organique est la capacité d’un site web ou d’une page web à apparaître dans les résultats de recherche (non payants) des moteurs de recherche, tels que Google (92% de parts de marché dans le monde), Bing ou encore Yahoo.

C’est l’un des KPIs les plus importants en SEO, puisqu’elle est directement liée à vos efforts de référencement et reflète la croissance globale de votre entreprise ainsi que la portée de votre marque.

Lorsqu’un site a une visibilité organique élevée, cela signifie que ses pages sont bien classées dans les résultats de recherche sur un certain nombre de requêtes associées à des mots clés travaillés par la marque. La visibilité organique engendre au final une augmentation du trafic, des taux de clics plus élevés – et en fin de compte, davantage de conversions et de ventes. Tout ce que l’on souhaite à votre site web !

Comment influer sur la visibilité organique de son site web ?

Vous pouvez jouer sur plusieurs facteurs pour la booster : 

–   la qualité et la pertinence du contenu

–   l’expérience utilisateur globale du site

–   le maillage interne

–   les aspects techniques du référencement naturel tels que : la structure du site, la vitesse de chargement des pages et la ‘mobile friendliness’

#2 : Le trafic organique

Le trafic organique est la suite logique d’une bonne visibilité organique d’un site. En effet, l’augmentation des impressions va entraîner plus de clics qui, eux-mêmes, vont entraîner plus de conversions. C’est un bon indicateur qui vous permet de suivre l’efficacité de vos efforts pour attirer les visiteurs sur votre site naturellement.

Comment mesurer le trafic organique ?

Avec Botify, vous avez le choix entre trois solutions pour traquer vos visites organiques :

–   Log Analyzer : c’est la manière la plus factuelle de se représenter le nombre de visites sur votre site puisqu’elle reflète l’actualité réelle des utilisateurs. Toutes vos visites sont comptabilisées.

–   Google Analytics (GA) : entre la collecte via JavaScript, le système de sessions (une session égale à 30 minutes au cours desquelles les visites répétées d’un même utilisateur seront attribuées à la même session) et l’échantillonnage pour les sites à grosse volumétrie, les données via Google Analytics ne sont pas tout à fait exactes.

–   Google Search Console (GSC) : cette dernière manière de faire échantillonne les données pour les impressions et les clics et agrège la data (elle affichera toujours moins de visites que les logs ou GA). De plus, elle n’enregistre pas les visites AMP et attribue les clics à la version canonique.

Vous constaterez ainsi toujours des variations de résultats entre ces 3 méthodes de collecte de données. Selon ce que vous souhaitez faire ressortir, vous pourrez vous diriger plutôt vers une méthode qu’une autre. 

Par exemple : vous voulez connaître votre budget de crawl ? Utilisez les logs. Votre performance sur les mots clés ? Utilisez la GSC, etc..

Grâce à Botify, vous obtiendrez le nombre de visites des logs et de la GA dans la partie SiteCrawler :

En ce qui concerne, les données de la GSC vous les retrouverez dans la partie RealKeywords de Botify.

#3 : Le taux de conversion 

Le taux de conversion est sans doute le KPI SEO le plus important. Les conversions organiques peuvent provenir de ventes, de leads ou encore d’inscriptions à votre newsletter.

Pour obtenir un taux de conversion élevé, il ne suffit pas seulement d’optimiser le site pour les moteurs de recherche ; il faut également se concentrer sur l’expérience utilisateur et apporter de la valeur aux utilisateurs. Cela signifie qu’il faut créer un site web fluide, dans lequel il est facile de naviguer, qui se charge rapidement et qui fournit des informations pertinentes et utiles aux utilisateurs.

Dans l’ensemble, l’optimisation du taux de conversion est un processus continu qui implique de tester, d’ajuster et d’affiner en permanence les différents éléments de votre site.

Avec Botify, vous disposez d’un aperçu de vos performances de recherche dans la vue d’ensemble d’Analytics via le « funnel SEO ». Il permet de comprendre l’impact des améliorations apportées au crawl sur votre trafic et vos revenus.

#4 : Le classement des mots-clés

Le classement des mots clés (des recherches) est primordial dans votre quête d’un meilleur référencement naturel – et par conséquent, de l’augmentation de votre trafic, du nombre de clics et d’une meilleure conversion.

Il est important de connaître les mots-clés pour lesquels vous êtes bien classé, ainsi que ceux pour lesquels vous ne l’êtes pas. Vous trouverez ces informations dans la partie RealKeywords de Botify, sous les libellés ‘Winning Data Dimensions’ et ‘Losing Data Dimensions’. Dans le premier, vous trouverez les mots clés tendances qui vont performer d’une période à une autre et les urls sur lesquels ils performent. Dans le second, vous obtiendrez le procédé inverse. Ainsi, ces informations peuvent vous aider à comprendre vos contenus les plus performants et ceux qui doivent être retravaillés pour vous positionner sur les nouvelles tendances émergentes. 

#5 : Le trafic Marque VS Hors-marque

Une autre mesure clé à suivre pour améliorer votre SEO est l’évolution de la répartition entre le trafic de marque et le trafic hors-marque que reçoit votre site.

Le trafic Marque inclut les mots-clés figurant dans votre marque, ou une variation de ceux-ci. C’est à dire qu’en tapant l’un de ces mots dans un moteur de recherche, l’utilisateur voit un contenu en lien avec votre marque : votre site web, vos produits, vos services ou encore vos réseaux sociaux.

Le trafic Hors-marque réunit, quant à lui, les mots clés en relation avec votre marque mais n’incluant pas le nom de votre marque directement. Les résultats feront ressortir vos produits, vos services ou encore des sujets sur lesquels votre entreprise a de l’autorité.

En SEO, on se concentrera principalement sur le trafic hors marque, car en travaillant la notoriété de votre marque et la qualité/diversité de vos produits/services, cela influencera directement votre trafic Marque ; le trafic hors marque sera généré quant à lui, par des leads qui ne connaîtront pas nécessairement votre marque. Ainsi, si ces derniers ne désignent pas directement votre marque, ils génèrent néanmoins du trafic vers votre site web, si vous les utilisez correctement.

Pour mesurer facilement la répartition du trafic Marque par rapport au trafic Hors-marque, vous pouvez utiliser la partie RealKeywords de Botify.

#6 : Les liens retours (backlinks) 

Les backlinks désignent les hyperliens d’autres sites qui pointent vers le vôtre. Ces liens servent de “lettres de recommandation” pour votre site auprès de Google. Votre stratégie de backlinks doit donc se construire autour de l’acquisition de liens de qualité. J’insiste sur la “qualité” de vos backlinks, car des liens de pauvre qualité en grande quantité peuvent nuire à la réputation de votre site – et à son classement sur les moteurs de recherche.

Pour établir la santé actuelle de vos backlinks, notamment par rapport à celle de vos concurrents, il vous suffit de mesurer :

  • le nombre total de backlinks
  • le nombre total de domaines de référence
  • le nombre de liens perdus
  • le nombre de liens gagnés

#7 : Le taux de clics organiques (CTR)

Si le taux de clics (CTR) n’est pas un indicateur officiel du SEO, il n’empêche qu’il est intéressant de le suivre. La logique est la suivante : plus les internautes cliquent sur votre fiche dans Google, plus votre CTR organique sera élevé, et donc plus vous générez de trafic vers vos pages.

CTR = nombre de clics / nombre d’impressions

Le CTR est une mesure simple qui indique le pourcentage de personnes cliquant sur votre page après l’avoir vue dans les SERP – et évidemment, plus vous êtes haut placé, mieux c’est.

C’est un bon indicateur sur la pertinence de vos balises title et de vos meta-descriptions (ce sont ces 2 éléments qui apparaissent en premiers dans les SERP) par rapport à une certaine requête utilisateur.

Dans Botify, c’est la fonctionnalité RealKeywords qui vous donnera  une bonne vue pour suivre votre CTR organique.

Pour plus d’informations à ce sujet, je vous invite à consulter cet article : https://www.botify.com/blog/keyword-research-for-seo-how-to-create-a-killer-keyword-strategy

#8 : Le taux de rebond (Bounce rate)

Le taux de rebond correspond au pourcentage d’utilisateurs arrivant sur une page de votre site et la quittant sans rien faire. C’est un bon indicateur de l’engagement des internautes sur votre page après avoir cliqué dessus dans la SERP.

Il s’agit d’une mesure simple qui permet de savoir si le contenu de votre page suscite l’intérêt et remplit la promesse à laquelle s’attendaient les personnes en cliquant. C’est également un excellent moyen de comprendre la pertinence de votre page par rapport aux requêtes de recherche pour lesquelles elle est classée.

Selon de nombreux facteurs, dont votre secteur d’activité, on considère qu’un taux de rebond devrait généralement se situer entre 40 et 60%. Un taux de rebond plus élevé, signifie généralement que la page ne retient pas l’attention des utilisateurs. Vous avez alors ici des occasions manquées à travailler pour transformer ce trafic en conversions.

Parfois, il suffit de petits changements pour constater une amélioration notable. Cependant, si vous ne suivez pas régulièrement le taux de rebond, vous risquez de ne pas repérer l’opportunité.

Vous pouvez consulter le taux de rebond de votre site au global ou de vos pages dans Botify SiteCrawler > Visits > Analysis > Quality

#9 : Le temps d’engagement (Average engagement time)

Cela peut paraître évident mais plus un utilisateur passe de temps sur votre site, plus il est engagé. Et plus un utilisateur est engagé, plus il a de chances de « convertir ».

En moyenne, un utilisateur ne lit / visionne que 20 % de votre contenu.Vous devez donc mesurer la durée moyenne d’engagement et la durée moyenne d’engagement par session sur votre site. Si vous constatez que ces durées d’engagement sont faibles, il faudra envisager des moyens d’augmenter ces deux paramètres.

Comment augmenter le temps d’engagement ?

  • Retravaillez les contenus, 
  • ajoutez des visuels, 
  • répondez aux besoins de vos utilisateurs (identifiez vos buyer personas),
  • etc..

#10 : le temps de chargement d’une page 

Le sujet des performances web fait probablement partie du top 5 des optimisations à faire en référencement naturel.

En effet, il est possible qu’une partie de votre site reste totalement inconnue aux yeux de Google, tout simplement parce qu’il n’a pas le temps de l’explorer.

Cela implique alors que l’opportunité d’accroître son trafic organique est perdue dès la deuxième étape du funnel SEO (voir #3).

Pour y remédier, il y a 2 axes à travailler :

  • Augmenter votre budget de crawl

La fameuse notion d’optimisation du « budget de crawl » consiste à encourager les moteurs de recherche à augmenter le temps alloué à l’exploration de votre site web (certainement au détriment d’un autre, mais c’est le jeu). Il est peu probable que cela évolue du jour au lendemain.

  • Améliorer le temps de chargement de vos pages

Dans Botify SiteCrawler, vous obtenez une indication sur le temps de chargement de votre site, tel qu’il est vu par les bots. Il équivaut au temps de chargement du code HTML de la page, c’est-à-dire le temps écoulé entre le moment où le crawler a demandé la page et le moment où il a reçu le contenu complet de la page. 

A ne pas confondre avec le temps de chargement de la page du point de vue de l’utilisateur : l’expérience de l’utilisateur reflète le temps de chargement de la page et de toutes ses ressources associées (images, fichiers CSS, etc.).

Chez Botify nous recommandons un temps de téléchargement moyen inférieur à 500 ms.

Pour affiner la recherche, il vous est possible de combiner ces performances avec d’autres indicateurs tels que : le code http, la profondeur des pages, le sous-domaine, etc..

En ce qui concerne le sujet du temps de réponse du point de vue utilisateur, c’est également l’un des principaux facteurs de classement puisqu’il impacte l’expérience globale de l’utilisateur. Il ne s’agit donc pas de le laisser de côté !